• en
  • fr
  • UNE TECHNOLOGIE UNIQUE

    Depuis 2001, un réseau de plus de 180 professionnels regroupant ingénieurs biomédicaux, biochimistes, microbiologistes, pathologistes, oncologues, radiologistes, vétérinaires, ingénieurs en logiciels et autres professionnels des sciences et de la santé collaborent dans le but de mettre au point une solution innovante pour répondre à un besoin urgent.

    180 PROFESSIONNELS
    17 ANNÉES DE DÉVELOPPEMENT

    cancer

    DEUX PROBLÈMES SONT RESTÉS NON RÉSOLUS PENDANT PLUS D’UN SIÈCLE... JUSQU’À CE JOUR.

    Starpax apporte une solution à deux problèmes fondamentaux qui freinent depuis longtemps le développement de traitements contre le cancer 

    Problème no

    1

    L’inefficacité des traitements systémiquesLors de l’injection de médicaments par le réseau sanguin:

    • 0.7%
      du médicament injecté atteint la tumeur
    • 99.3%
      de ces produits toxiques se répandent dans tout le corps et attaquent des tissus et des organes sains

    Problème no

    2

    Les cellules souches cancéreuses hors d’atteinte situées dans les zones pauvres en oxygène (hypoxiques)

    • Ce sont les plus malignes et difficiles à traiter.
    • Elles créent des boucliers pour se protéger.
    • Il est pratiquement impossible d’atteindre et de détruire toutes les cellules souches cancéreuses à l’aide d’un traitement systémique (par voie intra-veineuse), car les zones hypoxiques ne sont pas vascularisées.

    FONCTIONNEMENT

    1

    Les transporteurs

    Bactéries Starpax Bn1-S™

    La bactérie Starpax, connue sous le nom de Bn1-S™, est un transporteur unique au monde. Créée en laboratoire pour répondre expressément aux besoins de la technologie Starpax, elle est le fruit de plus de 800 mutations contrôlées réalisées sur une période de 12 ans.

    Voici quelques-unes des caractéristiques de la bactérie Bn1-S™ :

    • elle peut nager
    • elle est guidée par des champs magnétiques;
    • elle mesure à peine 2 microns et peut se déplacer dans les couches interstitielles des tissus humains sans avoir recours au réseau sanguin;
    • elle est cultivée dans des milieux très pauvres en oxygène qui correspondent à celui des zones hypoxiques.
    • elle est non pathogène;
    • elle a une durée de vie d’environ 30 minutes à la température corporelle de 37 °C;
    • elle ne se reproduit pas dans le corps.
    2

    Agents thérapeutiques anticancer fixés aux bactéries

    Agents thérapeutiques anticancer fixés aux bactéries

    Les agents sont introduits dans les liposomes (sphères chimiques) et fixés aux bactéries.

    • Starpax ne développe pas de médicaments;
    • Starpax utilise des médicaments déjà approuvés. Grâce à sa technologie, une seule injection permet aux transporteurs Starpax d’administrer à la tumeur une dose jusqu’à 50 fois supérieure à celle d’un traitement de chimiothérapie standard, et ce, sans répandre les médicaments dans tout le corps du patient, évitant ainsi les effets secondaires habituels.
    3

    Les bactéries sont injectées

    Essaim de bactéries Starpax Bn1-S™

    Des dizaines de millions de bactéries Starpax Bn1-S™ sont chargées d’agents thérapeutiques et injectées à proximité de la tumeur, hors des vaisseaux sanguins.

    Les injections ne sont pas faites directement dans la tumeur, pour éviter d’exercer une pression à l’intérieur de la tumeur, risquant de pousser les cellules cancéreuses dans le système vasculaire et faire apparaître des métastases dans le reste du corps.

    4

    Les bactéries sont guidées jusqu’à la tumeur

    Les champs magnétiques guident les bactéries vers la tumeur

    Les bactéries nagent dans les tissus interstitiels sans passer par le réseau sanguin, puis sont guidées vers la tumeur par les champs magnétiques générés en 3 D par le Magnetotaxi Starpax 1000™.

    5

    Les bactéries envahissent la tumeur et les zones hypoxiques.

    Cellule cancéreuse humaine

    Les bactéries pénètrent le bouclier hypoxique et répandent les agents thérapeutiques dans les cellules souches cancéreuses.

    Une fois dans la tumeur, les Bn-1-S vont se réfugier d’elles même dans les zones hypoxiques pauvres en oxygène. Les liposomes sont conçus pour libérer à ce moment les médicaments dans toutes les cellules cancéreuses, y compris les cellules souches dans les zones hypoxiques, et les détruire. Les bactéries meurent quelques minutes après.

    BIENTÔT DANS LES HÔPITAUX

    Les tests précliniques ont déjà donné des résultats impressionnants. Starpax prévoit entreprendre en 2019 les essais cliniques sur des patients dans des hôpitaux en 2019.